Cuvée des Etourneaux lot L014

 En stock

21,00

Référence coucetour

Producteur : Courtois Cailloux du Paradis

Points cadeaux : 1

Vin rouge léger et fruité - bouteille de 75cl - Vin de France - Garde : jusqu'en 2015 - Température de service : 14-16°Carafage d'une heure conseillé - servir de la daube de boeuf, civets ou tommes affinées

 Mis en bouteille à 41230 - Soings en Sologne

Si Claude Courtois travaille depuis plus de 20 ans de manière naturelle, il a fait le choix de ne se faire contrôler que par Nature et Progrès. Le cahier des charges de cette association est beaucoup plus strict que le cahier des charges européens, mais il n'est pas reconnu par les instances officielles.

 

Cépage et  millésime disponibles en allant sur vins-etonnants.info car nous n'avons pas le droit de les mentionner. Idem pour le millésime mais un indice sur le millésime dans la référence de ce vin...


A voir http://www.raffaelebonivento.com/vignerons/

Le nom de cette cuvée est dédié aux étourneaux car ce sont ces derniers qui raflent la plus grande partie de la vendange. C'est un *** comme vous ne le goûterez que chez Claude Courtois. Ce dernier cherche l'expression la plus naturelle du vin tel que l'élaboraient nos aïeux c'est à dire sans recours à un arsenal chimique tant à la vigne qu'au chai, fermentation en fût (sans bois neuf) dans un style oxydatif du fait d'un élevage en fût non ouillé. Les rendements sont ainsi microscopiques avec des maturités et des degrés alcooliques potentiels inconnus dans la région. Aucun vin n'est soufré, collé ou même filtré et ses cuvées se caractérisent par leur richesse, leur équilibre, leur minéralité et une finale iodée. Ses vieux ceps de *** (environ 40 ans d'âge) ont été vendangés fin octobre 2006 avec des rendements de 25 hl/ha puis les baies ont été vinifiées et élevées comme décrit ci-dessus. Nouveau millésime de Cuvée des Etourneaux de Claude Courtois. Il n'y a pas eu de 2003 pour les raisons que vous savez...Dans la lignée des précédents millésimes, ce Gamay reste vraiment atypique avec une couleur sombre un peu trouble inhabituelle pour ce cépage. Marqué par les fruits noirs confits (mûre, cassis, cerise) avec une minéralité inimitable et des notes oxydatives qui peuvent surprendre sur un vin rouge, il présente une structure tannique légèrement corsée. Belle persistance sur un duo fumé/acidulé et la cannelle. Un vrai vin gourmand à boire dès à présent et qui pourra se garder quelques belles années. A goûter sur des tommes de vaches bien affinées par exemple ou affinées avec du marc de raisin. Son évolution à l'aération est surprenante. Cette cuvée va gagner un fruit gourmand au fur et à mesure du contact avec l'oxygène.Vin issu de l'agriculture biologique.

Température de service : 14-16°Carafage d'une heure conseillé 
 
Un vigneron engagé
La S******* n'est pas qu'une grande étendue de forêts. Vous y trouverez également du vin car nous sommes à la limite nord de l'appellation T******. Le vignoble du domaine « les Cailloux du Paradis » se trouve sur la commune de S****  sur des argiles siliceuses fines à silex. La géologie de la région est particulière. En effet, Soings est une butte argileuse entourée de faluns (sable meuble contenant des coquillages), Claude Courtois cultive ses vignes suivant la tradition des anciens vignerons et cherche l'expression la plus naturelle du vin tel que l'élaboraient nos aïeux c'est à dire sans recours à un arsenal chimique tant à la vigne qu'au chai, fermentation en fût (sans bois neuf) dans un style oxydatif du fait d'un élevage en fût non ouillé. Les rendements sont ainsi microscopiques avec des maturités et des degrés alcooliques potentiels inconnus dans la région. Aucun vin n'est soufré, collé ou même filtré et ses cuvées se caractérisent par leur richesse, leur équilibre, leur minéralité et une finale iodée. Pour citer M. Courtois, "Dans mes vins, je n'ai que du raisin". Les traitements sont à base de prêle, d'ortie, de soufre fleur et de doses infimes de bouillie bordelaise. Les vignes sont amendées avec le fumier composté des différents animaux de la ferme. Les rendements sont volontairement bas et les maturités atteintes sont inconnues pour la plupart des vignerons de ce coin de Sologne. Il se positionne au-delà de la biodynamie car celle-ci autorise l'utilisation du soufre au chai et de la bouillie bordelaise à la vigne.

« Courtois, on l’adore ou on le déteste. Tout d’abord l’homme est radical à la verve pinçante, parfois déroutante. C’est la personne clé qui m’a incité à reflechir sur l’agriculture, les petits rendements et les oenologues. Pour lui, un bon vigneron n’a pas besoin de ce dernier. Grâce à une agriculture sans chimie et des rendements faibles, il défie à chaque millesime les intempéries et les lois de la vinification (certifiées par des pointures de l’oenologie). Je n'affirme pas qu’il est le meilleur, mais une fois le personnage rencontré, vous êtes troublé. Vous ne restez pas indifférent. Certains de ses confrères lui rendent visite pour apprendre, comprendre ses théories et confronter leurs expériences mutuelles. Ses vins de table ne font pas l’unanimité à l'I.N.A.O et sont toujours refoulés pour une appelation SOLOGNE Contrôlée tant méritée. Nous sommes dans un autre monde, une quatriéme dimension que peu de personnes perçoit. Peut-être en dégustant ses vins vous affirmerez que c’est atypique de la (biiip). Mais que devrait être un Vin de (biiip) ? Avons nous vraiment les bonnes bases pour définir les vins de cette région? Il faut des hommes comme Claude COURTOIS afin de bousculer les préjugés et de faire avancer les choses. » Jean-Charles BOTTE, créateur du concept Prelitte

Claude Courtois, vigneron attachant et engagé, se bat donc pour la reconnaissance des vins de Sologne avec des pratiques culturales propres car le terroir de Soings est rattaché à celui de la Touraine. Il est aujourd'hui attaqué en justice pour avoir planté de la Syrah alors que des textes anciens prouvent que cette dernière faisait partie de l'encépagement de la région avant la crise du phylloxéra.

L'appétit des étourneaux
Le nom de cette cuvée est dédiée aux étourneaux car ce sont ces derniers qui raflent un partie de la vendange. C'est un Gamay à jus blanc comme vous ne le goûterez que chez Courtois. En effet, ses vieux ceps (environ 40 ans d'âge) ont été vendangés fin octobre lorsque les baies commençent à tomber au sol avec des rendements de 25hl/ha et un degré potentiel de 12,5°. La richesse des moûts permet de supporter une vinification et élevage en fût non ouillé avec une absence total de soufre ajouté. L'analyse chimique dévoilerait néanmoins des doses infimes de soufre car les levures en produisent naturellement. Il n'a bien évidemment pas été chaptalisé comme il est hélas la coutume avec ce cépage.

 Un vigneron engagé
 La (biiip) n'est pas qu'une grande étendue de forêts. Vous y trouverez également du vin car nous sommes à la limite nord de l'appellation (biiip). Le vignoble du domaine « les Cailloux du Paradis » se trouve sur la commune de (biiiip) sur des argiles siliceuses fines à silex. La géologie de la région est particulière. En effet, (biip) est une butte argileuse entourée de faluns (sable meuble contenant des coquillages), Claude Courtois cultive ses vignes suivant la tradition des anciens vignerons et cherche l'expression la plus naturelle du vin tel que l'élaboraient nos aïeux c'est à dire sans recours à un arsenal chimique tant à la vigne qu'au chai, fermentation en fût (sans bois neuf) dans un style oxydatif du fait d'un élevage en fût non ouillé. Les rendements sont ainsi microscopiques avec des maturités et des degrés alcooliques potentiels inconnus dans la région. Aucun vin n'est soufré, collé ou même filtré et ses cuvées se caractérisent par leur richesse, leur équilibre, leur minéralité et une finale iodée.

Pour citer M. Courtois, "Dans mes vins, je n'ai que du raisin". Les traitements sont à base de prêle, d'ortie, de soufre fleur et de doses infimes de bouillie bordelaise. Les vignes sont amendées avec le fumier composté des différents animaux de la ferme. Les rendements sont volontairement bas et les maturités atteintes sont inconnues pour la plupart des vignerons de ce coin de (biip). Il se positionne au-delà de la biodynamie car celle-ci autorise l'utilisation du soufre au chai et de la bouillie bordelaise à la vigne.

« Courtois, on l’adore ou on le déteste. Tout d’abord l’homme est radical à la verve pinçante, parfois déroutante. C’est la personne clé qui m’a incité à reflechir sur l’agriculture, les petits rendements et les oenologues. Pour lui, un bon vigneron n’a pas besoin de ce dernier. Grace à une agriculture sans chimie et des rendements faibles, il défie à chaque millesime les intempéries et les lois de la vinification (certifiées par des pointures de l’oenologie). Je n'affirme pas qu’il est le meilleur, mais une fois le personnage rencontré, vous êtes troublé. Vous ne restez pas indifférent. Certains de ses confrères lui rendent visite pour apprendre, comprendre ses théories et confronter leurs expériences mutuelles. Ses vins de table ne font pas l’unanimité à l'I.N.A.O et sont toujours refoulés pour une appelation (biip) Contrôlée tant méritée. Nous sommes dans un autre monde, une quatriéme dimension que peu de personnes perçoit. Peut-être en dégustant ses vins vous affirmerez que c’est atypique de la (biip). Mais que devrait être un Vin de (biip) ? Avons nous vraiment les bonnes bases pour définir les vins de cette région? Il faut des hommes comme Claude COURTOIS afin de bousculer les préjugés et de faire avancer les choses. » Jean-Charles BOTTE, créateur du concept Prelitte Claude Courtois, vigneron attachant et engagé, se bat donc pour la reconnaissance des vins de (biip)  avec des pratiques culturales propres car le terroir de (biip) est rattaché à celui de la (biip). Il est aujourd'hui attaqué en justice pour avoir planté de la Syrah alors que des textes anciens prouvent que cette dernière faisait partie de l'encépagement de la région avant la crise du phylloxéra.