Riesling Clos St Urbain 2011 GC Rangen

 En stock

69,90

Référence zindrcsh

Producteur : Zind-Humbrecht

Points cadeaux : 4

Cépage Riesling - région Alsace - vin blanc sec riche et structuré - bouteille de 75cl - AOC Alsace - garde : jusqu'en 2020 - température de service : 12° carafage 1h - servir sur saumon mariné, saint-jacques, crustacés, cuisine asiatique

et label biodynamie Biodyvin

Prix identique au prix départ public TTC au domaine.

Grand Cru Rangen de Thann pour ceux qui suivent.

Par pitié, surtout n'ouvrez pas cette bouteille cette année, ni la prochaine d'ailleurs ... car un monstre sommeille en elle. Seule la garde en cave le transformera en fée qui embaumera votre verre.On ne peut pas dire qu'on ne vous aura pas prévenu...

Mise en bt: 2/2013; Alcool acquis : 14.2°; Sucres résiduels: 6.4 g/l ; 3.6 g/l H2SO4, pH: 3.3; Rendement: 34 hl/ha ; Optimum dégustation: 2015-2036+; Age moyen des vignes : 49 ans ; Terroir : Volcanique (tufs & grauwackes), exposé sud, très forte pente. ; Indice 1.
Les vignes de Riesling sont éparpillées sur tous les 5.5ha du Clos afin de bénéficier des petites variations de sol entre le haut plus pauvre apportant de la finesse et le bas plus riche amenant plus de puissance. Situé en sortie de vallée froide et plus haut en altitude, le Rangen est un terroir tardif qui rattrape son retard en septembre/octobre, lorsque la forte pente (90%) et la couleur sombre du sol volcanique permettent aux raisins de mûrir rapidement. 2011 était un millésime sans problèmes climatiques sur le Rangen et les raisins étaient donc récoltés très sain. Le beau temps favorable en fin de saison a provoqué une maturation rapide, mais la fermentation lente a pu épuiser les sucres au bout d’un an d’activité.
2/2013 : comme pour la plupart des millésimes, le nez est très caractéristique des vins du Rangen: pierre à fusil, herbes aromatiques associés à une discrète touche exotique, signature des vins de 2011. Un tel nez ne peut que présager une bouche expressive sur les arômes de pierre et un peu de fumée. Le palais est ample et puissant avec une finale longue, mais qui surprend par sa délicatesse et son coté sec.

En observant les millésimes récents, il est possible de constater que la nature est de plus en plus précoce et 2011 a battu tous les records précédents. L’hiver 2010/2011 était très aride et la période mars-mai 2011 était de surcroît très chaude. Un débourrement précoce, presque un mois en avance à la fin mars, était une conséquence naturelle de cette douceur.

De juin à août, le retour à une météo normale avec des pluies bénéfiques régulières, a pu assurer une alimentation hydrique suffisante aux vignes car l’hiver, très sec, n’avait pas pu permettre de créer beaucoup de réserves en eau. D’octobre 2010 à la fin des vendanges 2011 nous avions enregistré les moyennes suivantes : Thann (627mm), Turckheim (482mm) et Hunawihr (608mm). Ces précipitations sont légèrement inférieures à la normale calculée sur 50 ans, mais correspondent à la moyenne des dix dernières années. 2011 n’est pas une année de stress hydrique car la répartition des pluies était idéale pour la vigne. La période de maturation septembre/octobre était plus sèche, à nouveau très favorable pour l’évolution de la maturité et l’état sanitaire des raisins.

La floraison commença le 20 mai dans nos terroirs les plus précoces, provoquée par des records de température (37°C à Colmar). La plupart de nos vignobles avaient donc fini de fleurir avant juin, à l’exception du Clos Windsbuhl et du Rangen. La floraison fut rapide, laissant présager une maturité homogène, et, suite à la petite récolte 2010, il était facile de prévoir une plus grande fertilité des bourgeons en 2011 et donc un potentiel de récolte plus important.

Durant l’été, la maturation fut rapide, malgré un mois d’août plus frais et pluvieux. Il permit aux vignes de ralentir légèrement leur activité et aussi de garder une certaine acidité. Sans cela, nous aurions probablement dû commencer les vendanges en août. Celles-ci débutèrent le 5 septembre par les pinot-gris et le 12 pour les autres cépages pour finir le 4 octobre, en faisant l’une des plus précoces sur le domaine.

A l’exception de quelques risques de développement de pourriture grise au début des vendanges, surtout sur les pinot-gris de terroirs précoces, 2011 était un millésime facile avec une météorologie favorable pendant la période de cueillette. Tout comme les millésimes chauds et précoces récents (2009, 2007), obtenir une maturité physiologique tôt était crucial afin de pouvoir récolter les raisins avant que l’acidité ne chute de trop, et, que la richesse en sucre ne soit excessive. L’utilisation des préparats bio-dynamiques permet de guider la vigne dans sa croissance et donne des informations importantes à la plante pour qu’elle comprenne bien l’importance d’un arrêt de croissance précoce et d’une floraison et véraison rapide. La nature même de la vigne est de croître et de faire pousser des parties végétales, or ceci s’oppose aux mécanismes de maturation du raisin. Il est primordial pour une bonne maturation du raisin (sucre et surtout physiologique) que la vigne ne soit plus en croissance. Certaines pratiques de travaux en vert (absence de rognage par exemple) facilitent le franchissement de ce cap difficile, mais les préparats bio-dynamique ont aussi pour vocation de faire comprendre à la vigne ce qu’on attend d’elle : mûrir correctement des raisins et non pas pousser jusqu’à la cime des arbres. Cela peut paraître incompréhensible pour le non pratiquant, mais force est de constater qu’aujourd’hui, nous récoltons nos raisins beaucoup plus tôt !

2011 est une grande récolte en Alsace. La moyenne de notre domaine est de 56hl/ha (37hl/ha sur les Grands Crus seuls). 2011 est aussi le premier millésime où les lieux-dits et villages bénéficiaient d’une déclaration à part et donc de rendements maximum plus faibles (68hl/ha pour les lieux-dits et 72hl/ha pour les villages). Malgré des rendements qui peuvent être jugés comme importants, il y eu moins de vins de villages et lieux-dits produits en 2011 en Alsace car la production fut trop importante et beaucoup de vins ont donc été déclassés en AOC Alsace.

 

Les vins de 2011 sont caractérisés par une acidité normale, légèrement supérieure à 2009 mais bien inférieure à 2010 ou 2008. Les fermentations furent rapides pour les vins de cépage mais très lentes pour les vins de lieux-dits ou Grands Crus. Tous les cépages montrent un potentiel très intéressant et 2011 sera probablement considéré comme un bon à très bon millésime, avec une partie des vins pouvant être appréciée plus tôt que 2010. Dans l’ensemble, les vins de 2011 se caractérisent par une jolie expression aromatique, assez délicate et ceci malgré le caractère solaire de 2011. Ils présentent aussi une résistance à l’évolution une fois la bouteille ouverte qui est assez spectaculaire. Certes, l’acidité est un excellent facteur de conservation car une belle acidité apportera une harmonie entre les éléments du vin (alcool, sucres, tanins, acidité…), mais 2011 se caractérise par une belle maturité physiologique et donc aussi des tanins mûrs importants, qui eux sont de très efficaces antioxydants.